DECLICS

DECLICS

Dispositif d’Etudes CLIniques sur les Corpus Santé

DECLICS (Dispositif d’Etude Cliniques sur les Corpus Santé) engage une démarche collaborative scientifique entre quatre laboratoires de recherche auvergnats, en SHS (LRL, ACTé) et en Médecine (NPsy-Sydo et PEPRADE) choisis pour encadrer l’analyse interdisciplinaire et la promotion des résultats. C’est un projet de dispositif d’études sur des entretiens cliniques qui donnera ainsi lieu à des échanges nouveaux et prometteurs entre la recherche scientifique et la recherche clinique. Dans ce projet, la dimension linguistique associée à la pratique médicale doit avoir des répercussions positives sur les patients.

Il vise à développer l’analyse de productions orales recueillies lors d’entretiens médicaux entre patients et professionnels de la santé pour faire collaborer, à l’initiative de la linguistique et de la médecine, des spécialistes de plusieurs disciplines. Il consiste à préciser à travers l’étude de la langue selon quel mode on peut envisager l’aide au patient (pour l’accompagnement médical et/ou en prévention santé). Notre approche s’inscrit dans la perspective d’une linguistique descriptive sur corpus (Biber 1988 ; Malrieu & Rastier 2001 ; Cori & David 2008) ; elle se décline en deux points :

  • 1. L’ambition d’analyser des données orales recueillies dans le contexte d’entretiens cliniques conduits au CHU de Clermont-Ferrand (recueil, transcription et analyse en syntaxe, pragmatique, sémantique et psychologie) pour les rendre accessibles à d’autres disciplines (la philosophie, la neuropsychologie, la psychiatrie, les approches psychanalytiques) ;
  • 2. la volonté de partager et d’enrichir, autour de pratiques scientifiques différentes, les connaissances dont on dispose sur la langue en contextes situés (secteurs médico-hospitaliers).

Le corpus que nous envisageons de constituer sera nommé les Corpus Santé. Il s’agit de traiter de données verbales dans lesquelles le langage n’est pas déficient (exemple : environnement de la grossesse) ou mis en difficulté (exemple : Parkinson, Alzheimer). Il s’agit de données verbales ordinaires d’échange patient-soignants visant l’amélioration du soin.

  • Objectif 1. Constituer les Corpus Santé, « entretiens oraux de patients en situation clinique », selon un protocole strict de recueil, d’édition et d’exploitation (voir la question Méthodes et choix techniques pour les précautions relatives au recueil). Il s’agira de voir comment et selon quels modes le patient met en mots sa santé et ce qu’il y associe.
  • Objectif 2. La phase d’analyse linguistique des données témoignera de la contribution des SHS au profit de la communauté médicale et pour l’aide au patient. Il s’agira de croiser les points de vue linguistique et médical, d’identifier et d’exploiter tous faits qui feraient lien entre langage et santé dans le souci de donner des outils linguistiques pour alimenter la réflexion générale dans les pratiques soignantes.
  • Objectif 3. Lié à la spécificité du travail sur Corpus, nous envisageons l’extension (et/ou transformation) de la plateforme de données verbales utiles à la société civile, actuellement Philosophèmes,qui n’héberge encore que des Corpus Scolaires. Il faudra réfléchir à la meilleure valorisation possible des données verbales issues des Corpus Santé et Scolaires régionaux. Ainsi les extraits transcrits, triés et sécurisés, les échantillons de corpus analysés, des extraits exemplaires ou ordinaires pourraient servir à la formation professionnelle régionale : des étudiants en formations médicales et paramédicales ; des médecins ; des orthophonistes ; des psychologues cognitivistes ; des neuropsychologues ; des linguistes ; des futurs professeurs.

http://lrl.univ-bpclermont.fr/rubrique97.html